Grand amateur du 9ème art, c’est à la bande dessinée que Gaston se destinait lorsque enfant il recopiait les dessins de Picsou Magazine.
Par la suite, il a appris à dessiner correctement grâce au magazine Playboy (qui à l’époque était plein de nanas à poil). Quoi de mieux pour assurer soin trait que de dessiner de jolies courbes ?
Après des études d’économies, qu’il abandonnera par peur de devenir un bureaucrate, il exercera des métiers tels que barman, roadie ou luthier. (Il a même récuré les chiottes de Céline Dion, mais il n’aime pas trop en parler)

C’est sa rencontre avec Gé, de chez Under My Skin à Béziers qui sera déterminante. « Tu arrêtes de déconner, tu achètes du matos et tu apprends à piquer ». Tels furent ses mots, à peu de choses près.
Gaston a revendu sa guitare (Une jolie Lag Roxane noire mat) et son ampli (un Vox Ac15vr) pour s’offrir une jolie machine à bobines et une alimentation. L’aventure tattoo commençait.

Après un cours apprentissage chez Under My Skin ou il s’est exercé sur ses potes, Gaston a eu l’occasion de travailler dans un studio situé à Vaison la Romaine. Il y restera 5 ans, peaufinant son style, améliorant sa pratique.
Suite à un désaccord, il partit ouvrir son propre studio. Fidèle à lui-même, il l’appela « Bubble Ink », en référence aux bulles des bandes dessinées.
Ce fut une formidable épopée qui dura presque 2 ans.

Mais l’envie de bouger revînt, et Gaston sauta sur l’occasion lorsqu’il vit qu’un studio à Montélimar cherchait un tatoueur résident.
Aujourd’hui, il a rejoint Anne, Alyson, Dingo et Eddie au sein de Urban Design.

Gaston tatoue tout style de tatouages. Mais ses spécialités sont le cartoon, Newschool, la couleur qui pète. Vous pouvez voir son travail dans la galerie de tatouages.
Vous pouvez aussi jeter un œil à ses dessins, peut-être en trouverez-vous un qui vous plaira !

N’hésitez pas à le contacter, vous trouverez tous les renseignements utiles sur cette page.

calavera